Starting Sept. 5, 2014, Genealogy.com will be making a big change. GenForum message boards, Family Tree Maker homepages, and the most popular articles will be preserved in a read-only format, while several other features will no longer be available, including member subscriptions and the Shop.
 
Learn more


Chat | Daily Search | My GenForum | Community Standards | Terms of Service
Jump to Forum
Home: Surnames: Dorval Family Genealogy Forum

Post FollowupReturn to Message ListingsPrint Message

D'ORVAL --- DORVAL -- Claude Bouchard d'Orval
Posted by: Papito (ID *****2914) Date: September 04, 2003 at 16:35:31
  of 110

Hello mes amis de Gen Forum.

Mon ancêtre Dorval, c'était un Bouchard de Orval, en Picardie.

D'ORVAL -- DORVAL ???

Le premier Bouchard qui fonda un foyer en Nouvelle-France se prénommait aussi Claude, et comme lui et l'autre vécurent sur la côte de Beaupré, il prit le surnom de Dorval ou d'Orval, qui désignait, selon certains, le lieu-dit où il avait vu le jour, sur l'actuelle commune de Montigny-Lengrain, près de Soissons (Picardie).
------------------------------------------------

CHEZ LES BOUCHARD, UN ANCÊTRE PIONNIER DE L'ASSURANCE-SANTÉ

Dans la petite commune de Saint-Cosme-en-Vairais, située dans la Sarthe, juste au sud des limites de l'ancien comté du Perche, cent mille Bouchard canadiens saluent les passants: c'est en tout cas ce que rapporte une inscription à la mémoire de Claude Bouchard, qui quitta son bourg natal au milieu du XVIIe siècle pour s'établir en Nouvelle-France. «100 000 Bouchard canadiens fêtent ce souvenir, que St-Cosme gardera», précise cette plaque dévoilée en 1951.

Tous nos Bouchard ne descendent pas d'un seul et même ancêtre: au moins six pionniers de ce nom arrivés au cours de ce siècle ont eu des fils. Le premier Bouchard qui fonda un foyer en Nouvelle-France se prénommait aussi Claude, et comme lui et l'autre vécurent sur la côte de Beaupré, il prit le surnom de Dorval ou d'Orval, qui désignait, selon certains, le lieu-dit où il avait vu le jour, sur l'actuelle commune de Montigny-Lengrain, près de Soissons (Picardie). Pour bien distinguer le second, on finit par lui donner le surnom de Petit Claude.


Claude Bouchard dit Dorval épousa vers 1650 Geneviève Hayot, fille de Thomas et de Jeanne Boucher. Hélas! Geneviève décéda lors de la naissance d'une première fille qui la suivit dans la tombe au début de mars 1651. Le veuf contracta une seconde union, en novembre suivant, avec Marguerite Bénard, elle-même veuve de César Léger et fille de Denis et de Marguerite Michelet. Le couple eut sept enfants dont cinq fils. Deux de ceux-ci se firent coureurs de bois.


Les trois autres prirent épouse: Jean en 1679 avec Madeleine Cloutier, veuve de Pierre Gravel et fille de Zacharie et de Madeleine Émard (9 enfants dont 4 fils); Claude en 1694 avec Marie-Madeleine Bélanger, fille de Charles et de Barbe Cloutier (3 filles et un fils décédé en bas âge) et Jean-Baptiste en 1695 avec Marie-Antoinette Chouart, veuve de Jean Jalot et fille du célèbre coureur de bois Médard Chouart, sieur des Groseilliers, et d'Hélène Martin (6 enfants dont 4 fils). C'est à l'un des fils de ce couple, prénommé Jean-Baptiste comme son père, que la ville de Dorval doit son nom, car il portait le surnom de d'Orval. Marchand de fourrures, il avait acquis en 1691 les îles Courcelles et le fief de La Présentation (Dorval).
L'ancêtre Claude était chirurgien. Il signait Bouchart, épellation que plusieurs de ses descendants ont fidèlement conservée.
Quant au Petit Claude, il était originaire de Saint-Cosme-en-Vairais, un bourg de l'ancienne province du Maine (maintenant commune de la Sarthe), d'où nous sont venus une trentaine de pionniers. Depuis Bellême (au sud de la forêt du Perche), les D 938 et 301 y conduisent en 14 km.
Fils de Jacques Bouchard et de Noëlle Touschard, Claude, qui était tailleur d'habits, épousa en 1654, à Québec, Louise Gagné, fille de Louis et de Marie Michel. Le couple eut douze enfants dont six fils. Trois de ceux-ci fondèrent des foyers: François en 1699 avec Marguerite Simard, fille de Noël et de Marie-Madeleine Racine (17 enfants dont 7 fils), Antoine en 1704 avec Madeleine Simard, soeur de Marguerite (11 enfants dont 6 fils) et Louis en 1715 avec Suzanne Lefèbvre, fille de Pierre et de Marguerite Gagné (5 enfants dont 2 fils). L'une des filles, Marie, prit le voile à la Congrégation de Notre-Dame; quatre autres s'allièrent à des colons nommés Lavoie, Jobidon, Tremblay et Simard.


Le couple Bouchard/Gagné se fixa tout d'abord au Château-Richer, puis à la Petite-Rivière-Saint-François, d'où les alliances avec les Simard et les Tremblay. En 1975, les citoyens de cette dernière localité ont dévoilé une inscription à la mémoire du pionnier Claude Bouchard, pour marquer le troisième centenaire de son arrivée. Pour lui rendre hommage, on a orné le monument d'une faux et d'une charrue.


Le troisième Bouchard fut aussi un pionnier, mais dans un domaine fort différent: l'assurance-santé! Prénommé Étienne, il était le fils de Pierre et de Nicole Charland, de Paris. Il arriva à Ville-Marie en 1653, après s'être engagé à y demeurer cinq ans comme chirurgien. En 1655, il passait devant Lambert Closse un contrat avec 42 habitants de Ville-Marie, s'engageant auprès d'eux, moyennant cent sous par année, à les soigner de toutes sortes de maladies «tant naturelles qu'accidentelles», sauf s'il s'agissait de peste, de grosse vérole, de lèpre, du mal caduc ou de l'«opération de la pierre».


Deux ans plus tard, il épousait à Québec Marguerite Boissel, fille de Jacques et de Marie Éripel, qui lui donna sept enfants. Au moins l'un des fils se maria à son tour, Paul, en 1687, avec Louise Leblanc, déjà veuve de Michel Lecours et de Guillaume Boissel, son oncle (aucune postérité). Le Couple Bouchard/Boissel connut une vie mouvementée dont M. Lionel Audet-Lapointe a donné un résumé dans les Mémoires de la Société généalogique canadienne-française (vol.XIII, p. 241).
Saluons trois autres pionniers dont des fils fondèrent des foyers: Michel, Nicolas et René.
Originaire de l'Aunis, Michel épousa au Château-Richer, en 1662, Marie Trotin, fille de Jean et de Madeleine Blanchard. Le couple s'établit au Château-Richer, et finalement à la Rivière-Ouelle. Il eut huit enfants dont au moins cinq fils fondèrent des familles: Étienne (1692) avec Marie-Madeleine Meunier, Charles (1690) avec Madeleine Dubé, Gabriel (1701) avec Marie-Françoise Lizot et Pierre (1699) avec Marie-Anne Bourassa. Marie décéda vers 1680 et Michel s'établit à Québec, où il ouvrit un cabaret. Un second mariage demeura sans progéniture.
Nicolas était le frère de Michel, et c'est à Beaupré, en 1670, qu'il conduisit à l'autel Anne Roy, fille de Pierre et d'Anne Fleury. L'aînée des enfants naquit à Beaupré, mais les cinq autres au Cap-Saint-Ignace. Les trois fils du couple se marièrent à leur tour: Pierre (1709) avec Marie-Catherine Fournier, Nicolas (1709) avec Anne Veau et Ignace (1712) avec Jeanne Roy.
Quant à René Bouchard, il était dit Lavallée. Maître taillandier, il passa toute son existence à Montréal, où il avait épousé, en 1696, Marie-Anne Sauvageau, fille de René et d'Anne Hubou. Le couple eut 16 enfants, dont neuf fils; au moins trois d'entre eux se marièrent à leur tour.



Notify Administrator about this message?
Followups:
No followups yet

Post FollowupReturn to Message ListingsPrint Message

http://genforum.genealogy.com/dorval/messages/13.html
Search this forum:

Search all of GenForum:

Proximity matching
Add this forum to My GenForum Link to GenForum
Add Forum
Home |  Help |  About Us |  Site Index |  Jobs |  PRIVACY |  Affiliate
© 2007 The Generations Network